Sofia Coppola, Gael Garcia Bernal et Willem Dafoe dans le jury

Posté le : 18 mai 2014

JURY

La réalisatrice américaine Sofia Coppola, l’acteur et cinéaste mexicain Gael Garcia Bernal et l’acteur américain Willem Dafoe feront partie du jury du 67e festival de Cannes, présidé par la réalisatrice néo-zélandaise Jane Campion, ont annoncé lundi les organisateurs.

Comme en 2009, le jury, présidé par une femme, sera en majorité féminin (cinq femmes, quatre hommes): y figurent également l’actrice française Carole Bouquet, le cinéaste chinois Jia Zhangke, l’actrice iranienne Leila Hatami,l’actrice sud-coréenne Jeon Do-yeon et le réalisateur danois Nicolas Winding Refn. Les jurés du festival qui s’ouvrira le 14 mai devront départager les 18 films en compétition pour la très convoitée Palme d’or, qui sera décernée le 24 mai.
Sofia Coppola, qui fêtera ses 43 ans pendant le festival, est une habituée de la Croisette. Son premier long-métrage, « The Virgin Suicides » (1999) était invité à la Quinzaine des Réalisateurs de Cannes. Après « Lost in translation » (Oscar du meilleur scénario), son troisième film, « Marie-Antoinette », est sélectionné en compétition à Cannes en 2006. Son dernier film, « The bling ring », a fait l’ouverture de la sélection Un Certain Regard en 2013.
Gael Garcia Bernal, acteur, réalisateur et producteur mexicain de 35 ans, a déjà connu Cannes où il a présenté en 2010 « Deficit », son premier long métrage sélectionné à la Semaine de la critique. Il a connu le succès en tant qu’acteur dans « Y tu mama tambien » d’Alfonso Cuaron, « La mauvaise éducation » de Pedro Almodóvar ou « La science des rêves » de Michel Gondry. Deux fois nommé aux Oscars, pour « Platoon » d’Oliver Stone et « L’Ombre du
Vampire », William Dafoe a tourné dans 80 films parmi lesquels « Grand Budapest Hotel » de Wes Anderson, « La dernière Tentation du Christ » de Martin Scorsese, « Antichrist » de Lars von Trier ou « Le Patient anglais » d’Anthony Minghella. Co-fondateur du Wooster Group, collectif de théâtre expérimental, il est actuellement en tournée avec le spectacle de Bob Wilson, « The Old Woman ». A 56 ans, Carole Bouquet a travaillé avec les plus grands, alternant les succès commerciaux – elle fut James Bond Girl en 1981 dans « Rien que pour vos yeux » – et les films d’auteurs, à commencer par Luis Bunuel avec qui elle fit ses débuts en 1977 dans « Cet obscur objet du désir ». Suivra Bertrand Blier avec « Buffet froid » en 1979 et « Trop belle pour toi » en 1989. Le Danois Nicolas Winding Refn, 43 ans, a remporté le prix de la mise en scène à Cannes en 2011 pour « Drive », devenu film-culte. Son dernier opus, l’ultra-violent « Only God Forgives », était également en compétition à Cannes en 2013. Née à Téhéran dans une famille de cinéastes, Leila Hatami a accédé à la notoriété mondiale avec « Une séparation » d’Asghar Farhadi (Ours d’or au Festival de Berlin 2011). Le Chinois Jia Zhangke, couronné par le prix du scénario à Cannes en 2013 pour « A touch of sin », est scruté de près par Pékin pour ses films très réalistes peignant l’envers du décor chinois. Sa trilogie « Xiao Wu, artisan pickpocket » (1997 sélectionné au festival de Berlin), « Platform » (2000 en compétition à Venise) et « Plaisirs inconnus » (2002 en compétition à Cannes) a été encensée dans les festivals de films internationaux, conférant à Jia un statut de cinéaste « underground » renouvelant le cinéma chinois. Première actrice coréenne à recevoir le Prix d’interprétation au Festival de Cannes pour son rôle dans « Secret Sunshine » de Lee Chang-dong (2007), Jeon Do-yeon a commencé sa carrière à la télévision avant de se lancer au cinéma: elle a joué notamment dans « The Housemaid » de Im Sang-soo, présenté à Cannes en 2010. Pour le cru 2014 du festival de Cannes, les organisateurs attendent du glamour, de l’exigence et une « certaine audace », avec des stars comme Hilary Swank, Nicole Kidman et Marion Cotillard, des auteurs déjà couronnés comme Ken Loach, les frères Dardenne, et même Jean-Luc Godard.

Print Friendly and PDFImprimer