Ramdane Zakaria, le Luc Besson algérien

Posté le : 08 mar 2015

zakaria.jpg-large

«Si tu veux que quelque chose soit fait, fais-le toi-même!»

Luc Besson Dialogue du film américain Le cinquième élément

 
Faire de la production en Algérie c’est véritablement un parcours de combattant, pour ne pas dire une épreuve perdue, mais quand on voit les prouesses réalisées par certains producteurs pour faire connaître leurs projets, il y a de quoi rester admiratif. C’est le cas de Zakaria Ramdane, un jeune Algérien qui a bravé tous les interdits pour imposer son projet et le faire accepter comme une oeuvre non seulement algérienne mais aussi internationale. Et pourtant son film n’a reçu ni le Fdatic, ni l’Aarc, ni les moudjahidine et encore moins une aide de la télévision publique. Son projet de fiction «Algérie pour toujours» n’est pas un cirque pour Guignol, ce n’est pas une oeuvre historique déformée et encore moins une production démesurée. C’est juste la carte de visite artistique pour tous ceux qui n’ont pas cru à son projet. Quand Zakaria Ramdane a envoyé son script à la commission de lecture, il y a 2 ans, on lui a refusé le projet sous prétexte que le film était anti-nationaliste. En réalité, les membres de la commission n’ont pas apprécié que les services secrets algériens soient cités dans un film. Faute de budget gouvernemental, le projet ne pouvait se faire qu’avec un montage financier privé. Le jeune Oranais a décidé de solliciter ses proches amis, avec qui il a grandi et étudié et qui sont devenus plus tard des grandes fortunes d’Oran. C’est ainsi qu’il a pu rassembler la somme nécessaire (on parle de 3 millions d’euros) pour se payer une équipe technique et artistique internationale. Une condition sine qua non pour vendre le film à l’étranger.  Ainsi à l’affiche, nous avons le comédien français Smaïn, la comédienne et chanteuse Lorie, la grande star américaine Mike Tyson et des cascadeurs de renommée mondiale: Patrice Quarteron (Champion du monde Muay Thai), Hoang Nghi (Champion du monde de Kung Fu, doublure de Jet Li), Patrick Kazu Tang et Thevada Dek. Pour la mise en scène, le producteur a choisi un nom connu dans le milieu des films d’action: le réalisateur et scénariste français Jean-Marc Mineo, cinéaste, spécialiste en Kung-Fu. Auteur notamment des films: A la vie, A la mort, Bangkok Revenge, Pourquoi t’a fait ça) Champion du monde de Kung Fu de 1987 à 1991, chorégraphe du spectacle de Johnny Hallyday au Parc des Princes. Concepteur, conseiller et acteur en motion capture sur le jeu vidéo «Prince of Persia». Pour vendre le film à l’international, le producteur algérien a cru bon solliciter Kanibal Films Distribution et Aditi, une Société de distribution de films créée par Yann Vidal et Arnaud Kerneguez. Pour conclure, la direction photo sera dirigée par Lewis-Martin Soucy, un prodige canadien de la lumière. Toute cette équipe pour filmer, un sujet algérien avec un décor algérien et surtout l’interprétation époustouflante de Sofia Nouacer Kouninef, qui sera la Nikita algérienne dans le premier film du Besson algérien. Si on fait la liaison avec le célèbre producteur de Taken ou Lucy, c’est essentiellement parce que Zakaria Ramdane avait travaillé comme cascadeur sur le premier opus de Taxi. C’est la preuve matérielle que l’élève peut dépasser un jour le maître.

amirasoltane08@live.fr

Par Amira SOLTANE Dans l’Expression du Dimanche 01 Mars 2015

Print Friendly and PDFImprimer