Le FESPACO avait peur de récompenser Timbuktu et offre quatre prix à Fadhma N’Soumer

Posté le : 08 mar 2015

etalon-dargen

Les projecteurs se sont éteints samedi soir sur la 24ème édi­tion du Fespaco au palais des Sports à Ouagadougou. La biennale du cinéma africain a consacré le film Fièvres de Hicham Ayouch (Frère de l’autre cinéaste Nabil Ayouch), alors que de l’avis des critiques le film d’Hicham Ayouch n’est pas précisément un film populaire. Déjà sorti en France, il se classe résolument dans le camp du cinéma d’auteur. Le jury l’a surtout choisi pour barrer la route du film  Belkacem Hadjadj, Fadhma N’Soumer  qui a raflé 4 prix : l’étalon d’argent, le prix de l’image, du scénario et du Montage et qui aurait même pu prendre le prix de l’image. Mais le jury a préféré un autre réalisateur Ali Benjelloun pour C’est eux les chiens de Hisham Lasri, alors que la qualité de la photo n’était pas meilleure que celle du film algérien.  En couronnant deux films venus du Maghreb s’est extrait du débat sur la situation politique du cinéma au Sud du Sahara. Avec quatre prix c’est le meilleur résultat pour le cinéma algérien depuis au Fespaco.

?????????????????????????????????

Quand Timbuktu fait peur aux jurys

En revanche, le long métrage franco-mauritanien, chargé d’honneurs au Césars et nominé aux Oscars, a été écarté de la victoire en Afrique, aux yeux de certains critiques africains le film est une conception obsolète tournée vers le public cinéphile du Nord, ignorante des goûts des publics subsahariens.  Avant la proclamation de ce palmarès, qui a également distingué d’un étalon de bronze le film burkinabè L’Oeil du cyclone, de Sékou Traoré, la grande question était de savoir quel sort le jury, présidé par le cinéaste ghanéen Kwaw Ansah (qui a lui-même obtenu L’Etalon d’or en 1989) réserverait à Timbuktu, d’Abderrhamane Sissako. Le jury a préféré distinguait ainsi L’Œil du cyclone, solide thriller qui lui s’apparente bien au nouveau cinéma populaire africain, a donc délibérément ignoré Timbuktu et son auteur. Ce pourrait n’être qu’une anecdote à classer au rayon « goûts et couleurs », si ce n’était aussi un geste de défiance à l’égard d’un cinéma dont l’exigence n’est pas seulement esthétique mais aussi morale et politique.

Palmarès complet du Fespaco

Etalon d’or, Fièvres de Hicham Ayouch, Maroc, 20 millions CFA + un trophée

Etalon d’argent, Fadhma N’Soumer de Belkacem Hadjadj, Algérie, 10 millions CFA + un trophée

Etalon de bronze, L’œil du cyclone de Sékou Traoré, Burkina Faso, 5 millions CFA + un trophée

Poulain d’or, De l’eau et du sang de Abdelilah El Jaouhari, Maroc, 3 millions + un trophée

Poulain d’argent, Madame Esther de Luck Razanajoana, Madagascar, 2 millions + un trophée

Poulain de bronze, Zakaria de Leyla Bouzid, Tunisie, 1 million + un trophée

Prix Oumarou Ganda de la première œuvre, L’œil du cyclone de Sékou Traoré, Burkina Faso, 2 millions de francs CFA + un trophée

Prix Paul Robeson, meilleur film de la diaspora, Morbayassa de Cheick Fantamady Camara, 2 millions de francs CFA + 1 trophée

Prix du meilleur scénario, Marcel Beaulieu pour Fadhma N’Soumer de Belkacem Hadjadj, 1 million de francs CFA + un trophée

Prix de la meilleure image, Ali Benjelloun pour C’est eux les chiens de Hisham Lasri, 1 million de francs CFA + un trophée

Prix du meilleur montage, Fadhma N’Soumer de Belkacem Hadjadj (Algérie)1 millions de francs CFA + un trophée

Prix du meilleur son, Phillipe Grivel et Dominique Vieillard pour Fadhma N’Soumer de Belkacem Hadjadj , 1 million de francs CFA + un trophée

Prix de la meilleure affiche pour Cellule 512 de Missa Hebie, 1 million de francs CFA et un trophée

Prix du meilleur décor, Sébastien Birchler pour Timbuctu d’Abderrahmane Sissako, 1 million de francs CFA + un trophée

Prix de la meilleure musique, Amine Bouhafa pour Timbuctu d’Abderrahmane Sissako, 1 million de francs CFA + 1 trophée

Prix de la meilleure interprétation masculine, le comédien Fargass Assandé dans L’œil du cyclone . 1 millions de francs CFA et un trophée

Prix de la meilleure interprétation féminine, la comédienne Maïmouna NDiaye dans L’œil du cyclone . 1 millions de francs CFA et un trophée

Premier prix des films documentaires, décerné par le jury à Miners shot down de Desai Rehad, Afrique du Sud – 3 millions de francs CFA + un trophée.

Deuxième prix des films documentaires, décerné par le jury à Devoir de mémoire de Mamadou Cissé, Mali – 2 millions de francs CFA + un trophée

Troisième prix des films documentaires, décerné par le jury à Tango Negro de Don Pedro, Angola – 1 millions de francs CFA + un trophée

Prix de la meilleure série TV, Chroniques africaines de Marie Christine Amon, Côte d’Ivoire – 2 millions de francs CFA + un trophée

Prix spécial du jury des séries TV, Eh les hommes, eh les femmes de Woye Apolline Traoré, Burkina Faso – 1 million + un trophée

Prix CEDEAO du meilleur film, 15 millions et un trophée, L’œil du cyclone de Sékou Traoré, Burkina Faso

Prix CEDEAO de la meilleure réalisatrice, 10 millions et un trophée, attribué à Dyana Gaye pour son film Des étoiles, Sénégal.

Prix de l’Union Européenne, 7 millions CFA et un trophée, attribué à Abl al rabi3 (Avant le printemps) de Ahmed Atef, Egypte

Prix du Conseil de l’Entente, 10 millions CFA et un trophée, attribué à Philippe Lacôte pour son film Run.

Meilleur prix fiction des écoles de cinéma africains, d’une valeur de 2 millions de francs CFA et une trophée, attribué à The traveller de Peter Sedufia de l’école NAFTI (Ghana)

Meilleur prix documentaire des écoles de cinéma africains, d’une valeur de 2 millions de francs CFA et un trophée, attribué à Sagar de Pape Aboulaye Seck de l’ESAV (Maroc)

 

 

Print Friendly and PDFImprimer