Naima Madjer, la première speakerine interdite d’écran pour avoir porté le voile  

Posté le : 26 août 2015

naima madjer

Au moment on parle beaucoup de Khadidja Benguenna comme étant la première journaliste qui a osé porter le hidjab à l’écran, on ignore peut être que la première figure de la télévision algérienne à porter le voile était une belle et célèbre speakerine.

naima

Naima Madjer sans voile lors de ses dernières apparitions à l’écran

Son visage meublait le petit écran algérien durant les années 80 et 90, mais toute l’Algérie l’avait connu grâce à son frère. Le  nom de Naima Madjer, était en effet scandé au stade du 5 juillet, quand son frère Rabah, en faisant trop avec le ballon. La belle et élégante Naima, qui ne cachait pas sa déception à l’écran quand l’EN perdait un match, est depuis trois ans députée d’Alger sur la liste verte d’Amar Ghoul. L’ancienne employée de l’ENTV devient ainsi la première présentatrice télé devenue parlementaire. Elle a fait ce que les autres présentatrices n’ont pu faire de son temps. Elle est la troisième députée venue de la télévision à être élue à l’APN, après Baya El Hachemi députée FLN dans les années 80, Nouara Djaafar, députée RDN de Sétif et Zahia Benarous députée d’Alger dans les années 90.  Si son élection n’était pas une surprise, c’est le choix du parti qui a surpris les algériens et surtout ses collègues de l’ENTV. D’habitude, les employés de l’ENTV, choisissait toujours les partis proche du pouvoir,  soit le FLN, soit le RND. C’était le cas de Boubrik, d’Azzedine Mihoubi ou de Zahia Benarouss qui avait opté pour le parti d’Ouyahia ou encore Mourad Boutadjine ou qui avait opté pour le FLN de Benflis. Mais contre attente, Naima Madjer avait choisi la liste du parti islamiste de l’Alliance verte. Pour expliquer ce choix, nous avons rembobiné les casettes des archives de l’ENTV.  L’ancienne bachelière du Lycée Ouarida Meddad, option lettres en 1972, était arrivée à la télévision dans les années 80, comme animatrice des émissions culturelles sous la direction du défunt Mustapha Abada. Avec une voix attirante et un physique agréable, elle a très vite capté l’objectif de la caméra pour devenir l’une des présentatrices vedettes de la RTA de l’époque.  Le parcours époustouflant de son frère Rabah Madjer, lui a également apporté respect et courtoisie au 21 boulevard des Martyrs. Mais cette belle icone de l’audiovisuel algérien, va disparaitre du petit écran au début des années 90, quand de retour de maternité, Naima Madjer, revient la tête couverte d’un voile. Pour le DG de l’ENTV à l’époque Abdou B, il était hors de question de passer à l’écran avec le hidjab. L’affaire avait fait grand bruit dans la presse notamment sur El Massa et la revue l’Unité, qui avaient dénoncé l’exclusion d’une figure importante de la télévision nationale. Mais en réalité, Abdou B, n’avait pas « viré » Naima Madjer, il l’avait simplement orienté vers le service de programmation, ou elle passait son temps à visionner des films américains et français qui devait être diffuser à l’écran. Elle devait signaler tous les baisers légitimes et les gestes illégitimes, qui ne devaient pas passer à l’écran. Avec sa vision islamiste, elle s’est vite transformée de figure de « grâce » en « Madame Censure » à l’ENTV. Même le film algérien « Les vacances de l’inspecteur Tahar », est passé à la trappe, puisqu’elle aurait supprimé tous les plans en bikini dans le film. Peu à peu Naima Madjer, montait dans les échelons et s’occupait durant le ramadhan de choisir les feuilletons arabes et les programmes nationaux qui étaient diffusés sur l’ENTV. Très crainte et respectée à la fois, elle avait contribué au départ de plusieurs producteurs privés locaux, quand elle avait occupé sa fonction dans la commission de visionnage des productions exécutifs. Depuis son arrivée à l’Assemblée, l’ancienne employée de l’Entv est très effacée à l’assemblée. Discrète et très correcte avec ses autres collègues, elle est demeuré durant l’examen de la loi sur l’audiovisuel très neutre dans ses positions.   

Lamia Madis 

Print Friendly and PDFImprimer